Les émotions

Qu'est-ce qu'une émotion

 

L'émotion est une réaction à une expérience (réelle ou subjective) avec des composantes biologiques, comportementales et mentales. Les émotions sont particulières et propres à chaque individu.

 

Charles Darwin la décrit comme étant la faculté d'adaptation et de survie de l'organisme vivant. Il la voit comme innée, universelle et communicative.

 

Elle joue un rôle "motivateur", c'est-à-dire qu'elle a un rôle important dans la réponse (comportement ou pensées) que la personne va avoir face à l'événement déclencheur.

 

En 1982, Paul Ekman décrit 6 émotions de bases :

  • la joie,
  • la tristesse,
  • le dégoût,
  • la peur,
  • la colère
  • la surprise.

Mais il existe une multitude d'émotions complexes : la nostalgie, l'amour, la haine, l'envie, la gratitude, la rancune, l'anticipation, la confiance, l'embarras. la honte, la méfiance, le mépris, l'approbation, le dédain, la fierté, l'humiliation, la sincérité, la tromperie, la culpabilité, etc..

 

D'après les théories cognitivo-comportementales les émotions sont le fruit des évaluations que l'individu fait au sujet des événements. Donc pour comprendre ce qui génère une émotion particulière, il faut comprendre comment l'individu perçoit et analyse la situation.

 

 

 

Gérer ses émotions

La nature de l'émotion dépend du résultat de l'évaluation des événements en termes de significativité pour la survie et/ou le bien-être de l'individu.

 

La plus part du temps ces évaluations se font de façon automatiques et inconscientes. Il est alors possible que l'on se sente démuni et parfois même bloqué par à ses émotions.

 

4 facteurs devrait être pris en compte dans cette évaluation:

    1. La pertinence : cet événement me concerne-t-il; va-t-il affecter mon entourage ou moi-même ?
    2. Implication : quelles sont les implications ou les conséquences de cet événement et à quel point vont-elles affecter mon bien-être ou mes buts à court et long terme ?
    3. Capacité à faire face : puis-je faire face à cet événement, ai-je les ressources pour réagir adéquatement ?
    4. Signification : quelle signification, importance a cet événement par rapport à mes convictions personnelles ?

     

Mais il est fort possible que des schémas, des croyances viennent parasiter la prise de l'information. Par exemple : la croyance : "je ne suis pas assez bien" peut provoquer des sentiments d'anxiété même lorsqu'il n'y a aucune raison d'avoir peur.


Il est possible d'apprendre progressivement à mieux apprivoiser et gérer ses émotions. En évitant de les fuir, en les reconnaissant comme des sensations corporelles. Et en s'entraînant à proposer des évaluations alternatives mentale à la perception d'une même sensation émotionnelle.